Le Cambodge de demain

cambodge

Raconte leur…

Pas un sourire, pas un regard. Même après avoir fais quelques photos, même en essayant de jouer, en voulant lui donner un bonbon… Rien n’y a fait, ses yeux n’ont pas quittés le sol. Il semblait vouloir me raconter une histoire, peut être me dire de ne pas oublier. Car c’est vrai que nous avons tendance à vite oublier les choses, surtout si elles sont mauvaises. Mais peut être que l’homme est ainsi fait afin de moins souffrir, afin d’oublier pour mieux repartir. Il est d’autant plus facile d’oublier quand on est peu ou pas du tout concerné. Pourtant tout cela n’est pas si lointain. Pas si loin mais qui se rappelle ? Qui se rappelle de la guerre au Cambodge ? Des massacres de la population ? De l’asservissement du peuple khmer ? De toutes les atrocités vécues par ce peuple : L’exode, les viols, le travail forcé… Quelques images d’actualités me reviennent en tête mais tout cela me semble si lointain, presque irréel !!! J’avais oublié… J’avais oublié jusqu’à ce que je décide de partir en voyage au Cambodge et que je relise l’histoire de ce pays pour préparer mon voyage. Mais le lire est une chose et le voir en est une autre ! Ma mémoire est revenue quand j’ai vu de mes propres yeux, j’ai vu car l’histoire est encore fraiche, encore présente et peu se lire, que ce soit sur les trottoirs de Phnom Penh ou des familles entières vivent là, que ce soit dans le regard des mutilés qui mendient pour survivre, ou alors en regardant ces enfants récolter des canettes vides d’aluminium pour les revendre un prix dérisoire… La guerre contre les Khmers rouges s’est officiellement terminée en 1992 mais les derniers Khmers rouges ont rendues les armes en 1999. Il y a seulement… 14 ans. Ces jeunes enfants font donc partie de la seule génération à n’avoir pas connu ces atrocités. Ils ne les ont pas connu mais subissent de plein fouet les conséquences de ces années de trouble car le Cambodge reste un des pays les plus pauvres au monde. Les enfants du « pays du sourire » n’ont peut être pas tous le sourire ? Un salaire moyen de 60 dollars, la corruption, la malnutrition, les mines encore présente sur le territoire, les maladies… La liste est longue. Mais que ce soit dans la rue ou au fin fond de la campagne, la joie était là, les « hello » retentissaient, les enfants accouraient de toutes parts…Le Cambodge mérite encore et toujours son nom de « pays du sourire »

J’ai pris un réel plaisir à photographier ces enfants car tous étaient différents. A travers ces portraits, il est facile de découvrir leur milieu social, la joie ou bien la « tristesse »… Tous racontent une histoire, leur histoire, l’histoire du Cambodge. Mais lui n’a pas bougé… Il semblait vouloir que je reparte avec un message. Quelque chose qui dirait : « Regardes moi ! Que vais-je devenir ! Mes parents ont souffert et certain de ceux qui les ont fait souffrir sont maintenant nos dirigeants ! Que vont-ils faire pour moi ? » Que vont-ils faire ? Là est bien LA QUESTION et je n’ai malheureusement pas la réponse. Je repartirai avec cette question et ce regard gravé dans ma mémoire… Je vous laisse avec ces portraits d’enfants faits tout au long de mon voyage et je vous laisse décrypter leurs regards. J’espère que j’ai su traduire à travers mon objectif leurs histoires, l’histoire du Cambodge et de son avenir..