Aux Sources de l’Urbex

urbex maison abandonnée

Quand tu ne seras plus là

Que reste t-il quand tu pars si tu n’as laissé personne sur ton chemin? De l’extérieur on ne la voit pratiquement pas et l’on pourrait passer devant dans une indifférence totale, sans jamais s’imaginer qu’une histoire s’est raconté ici. Le portail passé, une désagréable impression se fait sentir car elle semble abandonnée depuis longtemps et dénuée de tout intérêt. Mais une fois passé le pas de la porte une autre impression se dégage… Après un temps d’arrêt… Je sais que je vais te rencontrer. C’est une petite maison abandonnée, ou plutôt vide. Vide de toute vie et bientôt vidée de sa mémoire. Vide depuis que sa propriétaire s’en ait allé et qu’il n’y a personne pour s’occuper de tout ce qui a fait sa vie, de tous ces objets qui ont fait son quotidien. Vidée de sa mémoire mais pas de son âme… Chaque objet rencontré nous semble anodin mais je sais que pour toi il raconte une histoire et que tous ces morceaux de quotidien, ces objets d’intimités vont donner un sens à mes photos. Objets inanimés, avez-vous une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? (Lamartine)

Que vont devenir toutes les photos de famille que tu as gardées précieusement au fil des années. Triées avec tant d’amour, rangées par ordre chronologique et que tu aimais regarder de temps en temps, un sourire au bord des lèvres ou une larme coulant sur ta joue, en te remémorant le temps jadis. Toute cette mémoire que tu rangeais dans un carton bientôt va disparaître. Une main étrangère les jettera avec indifférence dans une poubelle. Salies, souillées elles partiront en fumée et toute une vie disparaitra… Tu es né poussière et tu retourneras poussière. (Genèse 3.19)

Tous ces objets du quotidien amassés au fil du temps, tous ses ustensiles que tu trouvais utiles et qui amélioraient ton quotidien, tous ces bibelots collectés au fil du temps, tous ces petits riens qui étaient ta vie. Tous ces vêtements que tu as laissés négligemment çà et là, pensant les remettre en ordre plus tard, à ton retour. Mais il n’y a pas de « plus tard » car le temps s’est figé, arrêté, et les voilà à la vue de tous. Bien sur que maintenant cela n’a plus d’importance, mais tu n’es pas de cette génération qui fait fit de l’intimité. Tu aurais surement aimé partir ta maison rangée, « propre ». Peut-être même tout faire disparaitre toi même afin que personne ne puisse s’immiscer dans ta vie, s’introduire dans ton intimité.

Mais cela n’est qu’une question de temps et bientôt le temps va faire son œuvre. Tous ces objets qui ont fait ta vie vont s’éparpiller, ta maison vidée va peut être être réhabilitée ou détruite pour faire place à une autre construction, une autre histoire. Dans quelques années, pour peu que tes voisins ne soient plus là, plus personne ne parlera de toi. Ta mémoire  disparaitra de ce lieu anodin. Ces photos sont peut être ta dernière trace ici bas… Mais moi, quand je passerai devant « chez toi » je me rappellerai. Je me rappellerai la petitesse de ta maison, la froideur des ces murs en ce mois de janvier, ta cuisine spartiate, tous les objets que tu avais laissés là et qui étaient ton univers… Ta présence…

Aux sources de l’Urbex…

 

 

 


Tags: , ,